L’Ecole de pilotage privé et professionel AéroPyrénées est un de ces paris ambitieux qui prouve que le monde de l’aviation générale n’a pas dit son dernier mot. A sa tête, un homme déterminé et optimiste qui veut croire à l’avenir d’une aviation privée moderne et qui milite, depuis les Pyrénées Orientales, en faveur de structures de formations adaptées à notre époque : Gérard Pic.

L’idée de base pour une école de formation au pilotage, c’est de faire coincider la réalité des technologies d’aujourd’hui qui bercent notre vie quotidienne telles que les télécoms, les nouveaux matériaux, le GPS, etc. avec l’aviation générale qui souffre d’une image viellotte.

Le sujet qui tient à coeur Gérard en ce moment, c’est l’IFR privé. Car on a souvent tendance à opposer 2 modèles bien connu des pilotes qui voudraient voler dans de meilleures conditions de sécurité : L’IFR américain reconnu par la FAA et l’IFR franco-français. Il faut savoir qu’il y a seulement 3% des pilotes privés qui sont IFR en France contre 50% aux USA.

Depuis trop longtemps, l’IFR est resté du domaine des pilotes de ligne. La plupart des pilotes qui se sont intéressés au sujet ont abandonnés devant la charge de travail liée aux épreuves théoriques Européennes totalement inadaptées.La faute à qui ? A nos Autorités (françaises et européennes) qui ont mis la barre inutilement haute pour les examens théoriques.

Ce qui est aberrant, c’est qu’à nombre d’heures égales il y a 3 à 4 fois moins d’accidents en aviation générale aux USA qu’en Europe. La raison de ces différences est très simple : la majorité des pilotes privés américains sont qualifiés IFR ce qui leur permet non seulement de voler dans des conditions météorologues dégradées mais d’acquérir une qualité de pilotage liée à cette formation.

Il existe depuis peu des formations IFR proposé en France à Cannes par exemple, qui sont des formations parfaitement adaptées