Tout sur le film « Les Saveurs du Palais » Pourquoi ce film ? Les enjeux de la gastronomie ? Comment Catherine Frot a sublimé ce rôle ? A quand un oscar ? Non, je rigole là, je ne suis pas devenue critique de cinéma. En revanche, il y a une chose qui rentre sérieusement dans mes domaines de compétence, celle de critique de canapés au foie gras et autres macarons framboise

Justement ! ce samedi 22 septembre avait lieu la présentation du film « Les Saveurs du Palais » dont la conclusion n’était autre qu’un cocktail servi dans le salon des Ambassadeurs au sein du Palais des festivals de Cannes.

Retour sur les saveurs du palais…des Festivals de Cannes !!!

 

Un petit goût de festival du Film de Cannes

Ce qu’il y a de bien à Cannes, c’est que l’on peut voir des films. Comme partout me direz-vous ? Oui, mais à Cannes, même quand un film est déjà en salle, on peut aussi le voir dans la salle la plus enviée au monde (que dis-je ! dans l’univers tout entier) : l’auditorium Louis Lumière qui peut accueillir jusqu’à  2281 personnes (merci wikip… ah non palaisdesfestivals.com) et ce dans l’enceinte du Palais le plus glamour qui soit : celui des festivals.

Alors oui, il ne nous a pas fallu longtemps pour accepter cette invitation à découvrir ce film sur écran géant, certes, mais aussi dans une salle aux dimensions impressionnantes et en présence du réalisateur, de Catherine Frot et de la cuisinière qui a inspiré cette histoire !!! Et là, Marie et moi avons vécu l’espace d’un instant, la frénésie de la montée des marches en foulant encore une fois, ce fameux tapis rouge mais sous les yeux d’un seul objectif, celui de notre cher ami Stéphane (fidèle photographe même sans tenue de soirée).

Il faut bien avouer que même au mois de septembre toute la jeunesse Cannoise s’était donné rendez-vous pour assister à cette projection mondaine, la preuve en image :

Je tiens à préciser que, si je me permets cet humour, c’est que moi-même voyez-vous, je rentre dans l’âge certain où mon budget anti-rides dépasse largement celui de mes mini-jupes…

Le goût des autres… petits fours et autres victuailles

Et là, c’est le drame… Ou presque ! Montée des marches à 19h (tiens je me ferais bien l’apéro), début du film à 20h (j’ai un peu faim, là), visionnage d’un film qui parle que de bouffe (vous êtes sûr que  c’est mon ventre qui fait ce bruit-là ?)… Bref,  lorsque nous sortons de cette maudite salle qui peut contenir jusqu’à 2281 personnes, c’est tout naturellement qu’il y a le même nombre de bouches affamées dont le palais a été titillé par les recettes exquises présentées durant près de 2h de film !!!

Je ne vous raconte même pas la montée épique des escalators pour accéder à l’eden des papilles dans le salon des Ambassadeurs !

Là, après avoir été bousculée, piétinée et même pas regardée, j’essaye de me frayer un chemin jusqu’au buffet, guidée par les toques des chefs que j’aperçois tout de même malgré la foule… (et aussi par les effluves de magret de canard en fait).

Bon, j’aurais sûrement préféré goûter les plats du film mais malheureusement il n’y en avait pas (ou plus). En tout cas, la vue qu’offre le Palais des festivals sur le Suquet est toujours aussi magnifique et merci à Marie d’avoir réussi à se concentrer sur les prises de vue plutôt que sur son estomac (comme moi, quoi).

Les Saveurs du Palais, le film

Si vous avez réussi à lire jusque-là : bravo ! le film les saveurs du palais raconte l’histoire véridique d’une cuisinière appelée par un Président de la république à l’Elysée pour lui faire la popotte. Oui, parce que,  quand on est président, la cuisine gastro à chaque repas, c’est chiant c’est un peu rébarbatif hein ! Vous l’aurez compris, ce film met en avant toutes les saveurs de notre territoire et à chaque minute vous met un peu plus l’eau à la bouche…

A regarder donc sans modération mais avec le ventre plein !

Si vous l’avez manqué, il est toujours en salle au Cinéma des Arcardes : consultez les horaires

Allez, moi je vais manger là,

A bientôt,

AblaCarolyn